English   español  
Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/10261/80611
Share/Impact:
Statistics
logo share SHARE logo core CORE   Add this article to your Mendeley library MendeleyBASE

Visualizar otros formatos: MARC | Dublin Core | RDF | ORE | MODS | METS | DIDL
Exportar a otros formatos:

Title

Maroc. L¿institutionnalisation des élections et la désertion des électeurs : le paradoxe de la monarchie exécutive et citoyenne

AuthorsDesrues, Thierry ; López García, Bernabé
Issue Date2008
PublisherCentre national de la recherche scientifique (France)
CitationL'Année du Maghreb 4: 281- 307 (2008)
AbstractL’année 2007 a débuté sans que l’on sache à quelle date les élections législatives allaient se dérouler. Auraient-elles lieu au mois de juillet ou au mois de septembre ?1 En outre, la rumeur d’un report à 2008 a circulé un temps2. Le mois de juillet avait la préférence de ceux qui craignaient de voir les islamistes du Parti de la justice et du développement (PJD) tirer profit d’une campagne électorale coïncidant avec la période du Ramadan (septembre). Cependant, les délais impartis semblaient trop courts pour que les différentes forces politiques et l’administration soient prêtes au début de l’été. Finalement, les deuxièmes élections législatives « de la nouvelle ère » ont été fixées au 7 septembre 2007, à la fin de la législature, comme les précédentes de 2002.
URIhttp://hdl.handle.net/10261/80611
DOI10.4000/anneemaghreb.455
Identifiersdoi: 10.4000/anneemaghreb.455
issn: 1952-8108
Appears in Collections:(IESA) Artículos
Files in This Item:
File Description SizeFormat 
411015.pdf348,68 kBUnknownView/Open
Show full item record
Review this work
 


WARNING: Items in Digital.CSIC are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.