English   español  
Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/10261/212318
Share/Impact:
Statistics
logo share SHARE logo core CORE   Add this article to your Mendeley library MendeleyBASE

Visualizar otros formatos: MARC | Dublin Core | RDF | ORE | MODS | METS | DIDL
Exportar a otros formatos:

Title

Introduction : Quand l'Algérie proteste. Le Maghreb au prisme du hirak algérien

AuthorsThierry Desrues; Éric Gobe
Keywordsrégimes autoritaires
monarchies
légitimité
Issue Date2019
PublisherCentre national de la recherche scientifique (France)
CitationL'Année du Maghreb 21: 9- 24 (2019)
AbstractDe manière générale, les périodes de succession, en tant que moments test de la légitimité des régimes autoritaires, constituent des phases délicates à gérer pour les gouvernants. Certains y réussissent mieux que d¿autres au Maghreb, comme sous d¿autres cieux. Au tournant des années 2000, un demi-siècle après les indépendances, des analystes des successions au Maroc, en Jordanie et en Syrie observaient que les monarchies avaient consolidé leur dynastie respective, tandis que le choix de Bashar Al-Assad pour succéder à son père en Syrie confirmait les dérives dynastiques qui travaillaient les régimes « républicains » de la région (Leveau et Hammoudi, 2002). Une décennie plus tard, la vague de contestations des « Printemps arabes » rappelle que la variable temporelle, comprise comme la durée de régimes identifiés à leur autocrate (42 ans pour le colonel Kadhafi en Libye, 34 ans pour Ali Abdallah Saleh au Yémen du nord, puis dans le Yémen réunifié, 31 ans pour Moubarak en Égypte, 23 ans pour Ben Ali en Tunisie) constitue un élément de ¿évaluation de la fragilité de la légitimité de ces pouvoirs républicains. Cela ne signifie pas pour autant que les monarchies d¿Afrique du Nord et du Moyen-Orient échapperaient, comme par enchantement, à des mobilisations multisectorielles, c¿est-à-dire à des mouvements de protestation participant au « désenclavement des espaces de confrontation » (Dobry, 1986) et, par conséquent, susceptibles d¿emporter leurs dirigeants. Toutefois, leur caractère héréditaire apparaît comme un mode de dévolution du pouvoir « normal », préalablement organisé selon des procédures et un protocole prévu par le pacte fondamental de la « nation ». Les textes présentés dans ce numéro s¿interrogent sur les facteurs qui rendent possible l¿émergence d¿actions collectives d¿ampleur en Algérie, en particulier et au Maghreb, de manière générale. Les contributeurs s¿intéressent, à la fois, à la crise institutionnelle consécutive au hirak et aux imaginaires véhiculés par les slogans et par les revendications des protestataires. Leurs réflexions débouchent sur un questionnement autour des rapports ambivalents des populations maghrébines vis-à-vis de l¿État, perçu à la fois comme un appareil de coercition mis au service d¿une coalition dirigeante coupée de la société et comme un distributeur de ressources contribuant à satisfaire leurs besoins essentiels. Cette ambivalence apparait comme générant de fortes tensions dans les relations qu¿entretiennent les gouvernants avec les populations des « marges ». Au paternalisme plus ou moins « bienveillant » des premiers, les secondes leur opposent des « droits moraux » « perçus comme autant de devoirs des gouvernants » (Camau, 2018). Or, le refus de la part des dirigeants de reconnaître lesdits droits est susceptible, en fonction de la conjoncture sociopolitique, de déboucher sur des mouvements de protestation, de plus ou moins grande ampleur, dans des territoires ségrégués qu¿il s¿agisse de régions ou de quartiers périphériques.
Publisher version (URL)http://dx.doi.org/10.4000/anneemaghreb.5021
URIhttp://hdl.handle.net/10261/212318
Identifiersdoi: 10.4000/anneemaghreb.5021
issn: 1952-8108
Appears in Collections:(IESA) Artículos
Files in This Item:
File Description SizeFormat 
Introduction : Quand l’Algérie proteste Le Maghreb au prisme du hirak algérien.pdf460,26 kBUnknownView/Open
Show full item record
Review this work
 


WARNING: Items in Digital.CSIC are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.