English   español  
Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/10261/159860
Share/Impact:
Statistics
logo share SHARE   Add this article to your Mendeley library MendeleyBASE
Visualizar otros formatos: MARC | Dublin Core | RDF | ORE | MODS | METS | DIDL
Exportar a otros formatos:

Title

Première année de gouvernement islamiste au Maroc. Pouvoir habituel et coalition inédite.

AuthorsDesrues, Thierry
Keywordsgouvernement
la répartition du pouvoir
roi
Issue Date2013
PublisherFundación CIDOB
CitationAnuario IEMed del Mediterráneo 10: 183- 186 (2013)
AbstractLe 3 janvier 2012, Abdelilah Benkirane, secrétaire national du Parti de la justice et du développement (PJD), présentait son gouvernement. Le 13 décembre 2012, Abdessalam Yassine décédait : c’était le fondateur du mouvement Justice et bienfaisance, considéré comme l’opposant le plus sérieux à la monarchie marocaine. Aucun de ces deux événements n’a provoqué de cataclysme. La formation d’un gouvernement de coalition, bien que présidé par l’islamiste Benkirane, est une expérience inédite : elle marque le dénouement de la normalisation institutionnelle d’un secteur de l’islamisme marocain commencée il y a 20 ans. De plus, elle donne l’occasion de vérifier la véritable orientation idéologique du PJD et sa capacité de gestion à la tête du gouvernement. D’autre part, cette expérience met à l’épreuve la répartition du pouvoir entre le chef du gouvernement et la monarchie, un an après desprotestations populaires qui ont mené à la réforme de la Constitution marocaine et où les jeunes du mouvement Justice et bienfaisance ont joué un rôle important.
URIhttp://hdl.handle.net/10261/159860
Identifiersissn: 1697-8897
Appears in Collections:(IESA) Artículos
Files in This Item:
File Description SizeFormat 
Première année de gouvernement islamiste au Maroc..pdf101,91 kBUnknownView/Open
Show full item record
Review this work
 


WARNING: Items in Digital.CSIC are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.