English   español  
Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/10261/1666
Share/Impact:
Statistics
logo share SHARE   Add this article to your Mendeley library MendeleyBASE
Visualizar otros formatos: MARC | Dublin Core | RDF | ORE | MODS | METS | DIDL
Exportar a otros formatos:

Title

Le modèle de protection sociale des pays d'Europe du Sud: Permanence ou changement?

AuthorsMoreno, Luis
KeywordsProtección social
Issue DateJun-2006
SeriesDT 06-07
AbstractBien que de plus en plus d’études aient été consacrées aux États providence des pays d’Europe du Sud ces dernières années, certains de leurs traits et caractéristiques restent controversés (Rhodes, 1997; Andreotti et al., 2001; Katrougalos et Lazaridis, 2003). Ainsi, la question des frontières géographiques de ce modèle n’a toujours pas été tranchée, des interrogations subsistant notamment sur le point de savoir s’il faut inclure la France dans les États providence méditerranéens et si les systèmes de protection sociale des nouveaux États membres (Chypre, Malte et Slovénie) et des candidats à l’adhésion (Turquie et Croatie) ont des points communs avec ceux des pays situés dans la partie Ouest de la Méditerranée. La mentalité et le mode de vie français correspondent, à bien des égards, au mode de vie et au système de valeurs du monde méditerranéen. Du fait qu’il est continental, l’État providence français présente de nombreux points communs avec ceux des pays d’Europe du Sud, notamment avec celui de l’Italie (Ferrera, 1997) sur le plan de l’organisation. Des similitudes sont manifestes dans la mise en oeuvre des politiques sociales et, ces dernières années, un processus d’apprentissage mutuel a été engagé. L’exemple du Revenu minimum d’insertion (RMI) fournit une bonne illustration de la manière dont les pays d’Europe du Sud se sont inspirés de la France pour tisser un « filet de sécurité» afin de lutter contre la pauvreté et de promouvoir l’insertion sociale.2 Il n’en reste pas moins qu’historiquement, la France ne fait pas partie du groupe des pays d’Europe du Sud, composé de la Grèce, de l’Italie, du Portugal et de l’Espagne, ce qui s’explique surtout par des divergences substantielles dans leurs processus de modernisation (Malefakis, 1995). Du point de vue institutionnel, les différences sont également notables. Les politiques publiques relatives à la famille, qui constituent un domaine essentiel pour la protection sociale méditerranéenne, présentent des spécificités marquées dans un pays comme la France, caractérisée par une longue tradition nataliste (Flaquer, 2000).
DescriptionPublicado en Revue française des affaires sociales 2006/1: 81-105, Junio 2006 (para versión en inglés véase 'English').
URIhttp://hdl.handle.net/10261/1666
Appears in Collections:(CCHS-IPP) Informes y documentos de trabajo
Files in This Item:
File Description SizeFormat 
dt-0607(Fr).pdf316,62 kBAdobe PDFThumbnail
View/Open
Show full item record
Review this work
 


WARNING: Items in Digital.CSIC are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.